Vous êtes ici

COUVERTURE ET QUALITÉ DE SERVICE : RENCONTRE DE PARTAGE AVEC LES OPERATEURS PORTANT SUR LES RESULTATS DES CRD ORGANISES A THIES, A KEDOUGOU, A TAMBACOUNDA ET A MATAM

Le siège de l’ARTP a abrité, ce jeudi 16 janvier 2020, une réunion de partage et d’échanges autour des préoccupations soulevées par les populations au cours des Comités régionaux de Développement (CRD) organisés dans le cadre des tournées du Directeur général de l’ARTP dans les régions de Thiès, de Kédougou, de Tambacounda et de Matam.
 
Pour rappel, ces visites s’inscrivent dans la vision du Directeur général de l’ARTP, Monsieur Abdoul LY qui compte mettre au cœur de son action l’accès des populations aux prestations par l’augmentation de la couverture en termes de communication électronique, l’amélioration de la qualité de service, la baisse des tarifs et la modernisation des services postaux.
La rencontre avait pour objectif de passer en revue les différentes préoccupations soulevées par les citoyens vivant dans les localités visitées et d’amener les opérateurs à s’engager pour juguler les difficultés évoquées, autour de plans d’action, sous la supervision de l’ARTP.
 
La réunion a vu la participation des Directeurs généraux de La Société nationale « La Poste », de SONATEL, de SAGA AFRICA HOLDINGS LIMITED et de EXPRESSO SENEGAL.
Les préoccupations remontées ont tourné notamment autour des points ci-après :
 
  • L’éloignement voire l’absence de bureaux de poste dans certaines régions (Ranérou et Kédougou et Matam) ;
  • L’insuffisance des fonds dans certains bureaux de poste ;
  • L’insuffisance de personnel dans les bureaux de postes régionaux ;
  • Une insuffisance de couverture en 2G / 3G ;
  • Des dysfonctionnements récurrents dans la QoS ;
  • La problématique des rayonnements électromagnétiques sur la santé humaine / installation des BTS sur les toits des domiciles ;
  • Des problèmes de sécurité consécutifs à l’absence de réseau ;
  • Un roaming non intentionnel, à travers le captage de réseaux étrangers (en provenance des pays frontaliers : Mali, Mauritanie…) ;
  • Un problème d’acheminement des numéros d’urgence (police et sapeurs-pompiers, SAMU) ;
  • Les régions de Tambacounda et Kédougou ont évoqué le déficit de la couverture du Parc de Niokolokoba ;
  • Le non de paiement des redevances et des frais d’installation par les opérateurs aux collectivités locales ;
  • Les délais de traitement des réquisitions.
 
A cette occasion, le Directeur général de l’ARTP a rappelé qu’au-delà des obligations contenues dans les cahiers des charges des opérateurs, un idéal de régulation dans un contexte de convergence, voudrait que le régulateur privilégie le dialogue et la compliance.
C’est à ce titre qu’il a été demandé à chaque opérateur de transmettre, dans un délai d’un mois, un plan d’action pour prendre en charge les préoccupations soulevées.